sábado, 14 de febrero de 2015

Michel Blazy chez Art : Concept








Pull Over Time, la nouvelle exposition personnelle de Michel Blazy. Parallèlement à la publication d’une monographie de référence retraçant plus de vingt ans de création, l’exposition propose de rejouer des œuvres emblématiques de son parcours artistique, tout en faisant la part belle à ses nouvelles pièces.

Comme souvent dans les propositions de Michel Blazy, la matière est mise à l’honneur, ou plutôt à l’épreuve, dans un espace d’exposition qui devient son laboratoire. Dans un équilibre subtil entre maîtrise et aléatoire, la matière évolue et se transforme dans l’espace-temps de l’exposition, en fonction de ses propriétés et de ses conditions de monstration. Proches de l’Anti Form défendue par Robert Morris ou des travaux de Dieter Roth, les œuvres de Michel Blazy ne sont pas des formes fixes, mais des capteurs spatio-temporels qui intègrent le hasard et l’imprévisible, qui revendiquent le passage du temps. « Je leur offre du temps » affirme l’artiste. Qu’il s’agisse du mur qui boit, des « dessins » à l’eau de Javel ou des pull-over, ce sont les réactions organiques ou chimiques – de la capillarité à l’absorption, en passant par la germination – qui sont à l’œuvre, et qui sont autant de stratégies d’émancipation et de survie de la matière. La matière dans tous ses états révèle la perméabilité des corps, dits solides, qui se laissent traverser et contaminer par la diffusion des fluides : le plâtre au contact du colorant, les fibres à celui du détergent ou de l’eau.

Dans des présentoirs épurés, à la manière d’un display de boutique de luxe ou d’un showroom, le visiteur découvre les dernières productions de l’artiste ; côté électronique, un ordinateur portable et un appareil photographique, côté prêt-à-porter, une série de pull-over déclinée en trois coloris. Mais la comparaison s’arrête ici. Affranchis de l’esthétique industrielle, léchée et finie, les articles proposés envahis par une végétation spontanée affichent une défaillance manifeste, un dysfonctionnement assumé. Ils se régénèrent par l’intervention du végétal, d’une nature qui reprend ses droits – à l’image de ces appareils électroménagers laissés à l’abandon au bord des routes, au fond des eaux. Échappant à leur obsolescence programmée, ces produits manufacturés déconditionnés deviennent les réceptacles d’une nouvelle vie, sauvage et primitive. Comme souvent dans le travail de Michel Blazy, le vivant est à l’œuvre et détourne avec humour les mécanismes de l’industrie culturelle et de la société de consommation. Aux confluents des utopies écologiques des années 1970, Michel Blazy affirme ainsi un procédé innovant de traitement des objets mis au rebut, une opération de recyclage poétique.

No hay comentarios:

Publicar un comentario


BLANCA ORAA MOYUA